mardi 3 février 2015

Bonjour
Ce blog est actuellement en pause.
J'ai ouvert avec Catherine Guenser un autre site que vous trouverez ici :
Le Nord-Toulois en Marche.

Vous pouvez également nous suivre :



Et nous joindre par courriel à l'adresse suivante : nordtouloisenmarche@gmail.com

Merci.

mardi 6 janvier 2015

Ca marche pour dimanche ?

Depuis le 22 décembre dernier, je marche dans le nouveau canton du Nord-Toulois.C'est un moment particulier pour moi, et je suis sensible à tous les messages d'encouragement et les voeux que je reçois. Ils m'accompagnent. 
Permettez-moi, par ce message de vous remercier toutes et tous et de vous souhaiter à mon tour une belle année 2015. 

Que la phrase fétiche choisie pour mon périple et joliment mise en image par ma fille vous accompagne tout au long du chemin. Elle est du poète Ibn Arabi : "Si tu t'engages dans le voyage, tu arriveras". Engageons-nous, et nous arriverons !



Des gens engagés, j'en vois tous les jours, et j'échange avec bonheur avec celles et ceux qui le souhaitent. C'est parfois sans concession. Je suis touché par leur ténacité, ému par leurs inquiétudes, et cela meconforte dans l'idée que nos habitants ont besoin d'élus de terrain proches et ambassadeurs de leur territoire et de leurs quotidiens. Le milieu rural est absolument à défendre,à protéger et à promouvoir. Les gens en ont marre des cuisines politiciennes. 

Cette marche va au-delà de mes attentes ! 
Physiquement, je tiens le coup. J'aime arpenter nos villages et nos sentiers. Je suis conforté dans l'idée qu'il nous faut inventer de nouvelles pratiques démocratiques, dans la parole échangée simplement.

Tous ces échanges, je les note, je les prendrai en compte et je serai heureux de vous les présenter et d'en discuter à l'arrivée de ma marche :

Dimanche 11 janvier 2015, à 10h30,
à Liverdun au château Corbin.


Avant cela, je vous invite aussi à faire quelques pas avec moi (ci-dessous les dates et lieux de passage). Vous trouverez toutes les informations sur mon blog et les réseaux sociaux.

Alors à dimanche !

Olivier Jacquin


________________________________________________________________________

Dates et lieux de passage :

Le 7 janvier
9h00• Départ de Bruley
Matinée• passage par Bouvron
midi• passage par Ménil-la-Tour
Après-midi• passage par Andilly
vers 18h00• Arrivée à Manoncourt
Le 8 janvier
9h00• Départ de Manoncourt
Matinée• passage par Avrainville
midi• passage par Francheville
Après-midi• passage par Jaillon
vers 18h00• Arrivée à Villey-St-Etienne
18h30• causerie « Aux 3 épis »
Le 9 janvier
9h00• Départ pour Velaine-en-Haye
Matinée• passage par Gondreville
Après-midi• passage par Fontenoy-sur-Moselle
vers 18h00• Arrivée à Velaine-en-Haye
18h30• causerie au restaurant du Parc
Le 10 janvier
9h00• Départ pour Liverdun
Matinée• passage par Sexey-les-Bois
Après-midi• passage par Angeray
vers 18h00• Arrivée à Liverdun
Le 11 janvier
10h30• Rencontre au Château Corbin





dimanche 21 décembre 2014

Le temps du défi !

Tout d’abord, je tiens à vous souhaiter de bonnes fêtes  de fin d’année. Et ensuite vous informer que les miennes  seront... particulières : j’ai décidé de me lancer un défi ! Parcourir à pied (311 km) les 57 communes du nouveau canton du Nord-Toulois.
Du 22 décembre 2014 au 11 janvier 2105, je vais marcher. Marcher parce qu’il faut avancer, parce que c’est une question d’équilibre, parce la marche permet de prendre le temps et permet de mieux appréhender notre territoire commun. 
Marcher n’est pas une épreuve : c’est aussi un acte citoyen et d’élu à l’écoute. 
Durant mon parcours, et si nous nous croisons, nous pourrons échanger en  toute simplicité. Si vous le souhaitez, je vous invite à faire quelques pas à mes côtés ou à me suivre durant mon parcours. 
Je vous invite à vous abonner ou vous connecter aux adresses suivantes :
Le compte twitter : https://twitter.com/O_Jacquin

Le 4 pages de présentation de ma démarche : http://www.calameo.com/read/004111936028f129ce7cd

Je les alimenterai au fil des jours, des rencontres, des lieux.

Final le 11 janvier à Liverdun et le remise de mon rapport d'étonnement le 12 janvier au Préfet et au président du conseil généra.

N'hésitez pas à partager autour de vous ce voyage singulier. Dans les pas du sage Soufi Ibn Arabi : « Si tu t’engages dans le voyage, tu arriveras ».

Bien à vous

Olivier.

mardi 9 décembre 2014

Victoire



Ouf,
Ce sont des années d'effort pour le Conseil général que récompensera la mise en service prochaine d'un nouveau dispositif wifimax en remplacement du CPL expérimental.
Ce sera un plus notable pour les habitants de Pannes et d'Essey.
Je précise cela ainsi car l'article ne le dit pas du tout et laisse entendre que le Conseil général ferme un système et des entreprises privées en ouvrent un nouveau. Non, c'est dans tous les cas sous commande du Conseil général que se déroule ce changement de technologie.
Noél Guérard, vice président a bien précisé que sans la solidarité de la communauté de communes, pour lance l'expérimentation CPL, ce secteur serait encore désolé....
J'ai pu rappeler aussi la nécessité de services publics solides: depuis 1998 et la privatisation de l'internet, les injustices territoriales sont criantes et couteuses à compenser pour les collectivités.
On ne s'en rend pas compte quand le service fonctionne, mais il y a encore des territoires où il n'y a quasiment rien...

Internet - Pannes 

Une réunion d’information


Des personnes intéressées par l’avenir d’internet dans leurs villages.
Des personnes intéressées par l’avenir d’internet dans leurs villages.
Vendredi soir, le conseil général a organisé une réunion à la mairie de Pannes afin d’informer les habitants du village de Pannes et ceux d’Essey-et-Maizerais de la fin du courant porteur en ligne dans les deux communes. Une quarantaine de personnes étaient présentes. En effet, à partir du 1er janvier 2015, le courant porteur ne sera plus disponible. Tous les habitants désireux de recevoir internet en haut débit devront se rapprocher des autres entreprises proposant internet dans le secteur. A noter qu’Ozone propose une installation en wifimax ou par satellite avec pour les deux une option téléphonie. Nordnet, quant à lui, propose une installation par satellite avec téléphonie et télévision. Dans tous les cas, chaque personne devra vérifier son éligibilité en fonction de son habitation.

samedi 29 novembre 2014

Vandières à l'unanimité....

Débat Vandières: j'ai proposé au conseil communautaire du Chardon Lorrain de reprendre une délibération en soutien à la gare de Vandières, dans les mêmes termes qu'en 2008, et de le faire maintenant, pour avoir plus de poids. UNANIMITE!
Mais alors, les maires, vraiment attachés à la gare se sont inquiétés des risques de consultation négative, voir ci dessous...



29/11/2014 à 05:00

Gare de Vandières et consultation citoyenne 

 Le pour et le contre


Localement, tout le monde réaffirme son soutien au projet de gare d’interconnexion. Photo d’archives ER
Localement, tout le monde réaffirme son soutien au projet de gare d’interconnexion. Photo d’archives ER
« Vandières, c’est l’avenir… », a longuement plaidé Jean-Yves Le Déaut, hier, lors du débat au conseil régional concernant la consultation citoyenne au sujet de la gare d’interconnexion de Vandières.
Affirmant : « Un dossier sur lequel une grande majorité des Lorrains est d’accord depuis 20 ans, un vrai serpent de mer. » Ils vont avoir l’occasion de le confirmer lors d’un vote qui les place devant leurs responsabilités.
On se doute que Mathieu Klein, le président du conseil général et Julien Vaillant, le président du groupe socialiste à la Région, devraient tenir un discours semblable lors de la réunion publique qu’ils tiendront en commun lundi soir, à la Maison des sociétés à Pont-à-Mousson, afin de défendre l’initiative.

Motions de soutien et lettre à Masseret

On sent bien que ce dossier se situe à un moment clé, celui où il se concrétise. Ce qui explique que de nombreuses collectivités locales réaffirment leur soutien par le vote d’une nouvelle motion. À l’instar du conseil municipal de Pagny-sur-Moselle cette semaine. Celui de Dieulouard a annoncé qu’il ferait de même lors de prochaine réunion, le 12 décembre. Au Chardon lorrain, c’est à l’unanimité que le conseil communautaire a approuvé une délibération qui demande la construction de la gare de Vandières et le respect de l’accord signé en novembre 2000.
Attention, toutefois ! S’ils répètent que « nous continuons à soutenir ce projet structurant pour tout notre secteur et notre territoire en particulier », Lise Roseleur, la présidente de l’amicale des maires du canton de Chambley, René Cailloux, son homologue du canton de Thiaucourt, et Daniel Buvet, celui du canton de Domèvre-en-Haye, ont écrit à Jean-Pierre Masseret, le président du conseil régional, pour « faire part de notre profond scepticisme, voire notre opposition » au référendum local prévu le 1er février 2015.
Pointant « un contexte politique et médiatique de très forte défiance envers les collectivités locales », ces élus disent aussi craindre une forte abstention qui rendrait nul le résultat du vote comme un rejet pour des motivations autres que celles liées au sujet. Et parce que le conseil d’État a rendu un avis favorable, ils demandent qu’on renonce à un scrutin qui fasse courir le risque que le projet – « pourtant indispensable », écrivent-ils -, soit abandonné.
Ce à quoi Jean-Yves Le Déaut leur a « répondu » en conclusion de son allocution : « Les engagements pris doivent être respectés, les élus doivent tenir parole. En votant, les citoyens doivent le leur rappeler. »
François-Xavier GRIMAUD Lire aussi en région.

jeudi 13 novembre 2014

Femmes dirigées par l'artiste, Thierry Devaux, devant Mathieu Klein en noir à droite





Femmes émancipées


Femmes dirigées par l'artiste, Th devaux à droite, sous les applaudissements







Le départ; derrière mon tracteur et la fanfare, sous les bannières.... un très beau moment

Le tracé de l’émancipation 

 Limey-Remenauville. Le photographe Eric Didym vante les terres fertiles de Limey, village situé non loin de Pont-à-Mousson. Fertiles pour les créations autour de la Grande Guerre dans lesquelles il est associé avec l’artiste-plasticien Thierry Devaux. Et fertiles pour ses terres agricoles, dont une parcelle appartenant au maire, René Lorrain, a été utilisée hier après-midi pour enfouir des graines de blé d’hiver avec une herse.

La manifestation festive et participative mettait à contribution une trentaine de femmes qui, par groupe de cinq, tiraient l’engin agricole. Des femmes d’aujourd’hui rendant hommage à celles d’hier. Celles qui ont remplacé les hommes aussi bien dans les villes que dans les campagnes. Celles qui ont sollicité tous les muscles de leur corps afin de déplacer herses et charrues quand chevaux et bœufs avaient été réquisitionnés.
Hier, la pénibilité s’est effacée au profit d’un tracé symbolisant un siècle d’émancipation. « Je souhaite que les femmes qui tirent la herse soient en empathie avec celles qui effectuaient ces travaux pendant la guerre et avec les contemporaines qui subissent le viol, institué en tant qu’arme de guerre dans certains pays », a demandé Thierry Devaux, avant les semailles.
Un premier groupe de femmes, équipées de bottes, se présente pour faire progresser la herse en bois derrière une semeuse. Les trente dents glissent sur le sol, en suivant les courbes délimitées par l’artiste : « Elles vont s’inscrire comme quelque chose de décalé dans un paysage uniforme », d’où quatre chevreuils se sont éloignés à l’approche de la foule.
À l’issue des 80 mètres du parcours, cinq autres femmes se présentent pour un relais en toute sympathie, les premières conseillant aux secondes de communiquer entre elles afin d’équilibrer l’effort de traction. Chaque équipage est copieusement applaudi à son retour.
Muscles échauffés par la traversée du village au son de l’harmonie de Pagny-sur-Moselle, les volontaires gardaient le sourire pendant une performance respectueuse. Le rappel que 100 ans auparavant, d’autres femmes ont « pris conscience de leur courage et de leur engagement ». Elles ont appris à « ne plus être à la botte des hommes », a souligné Thierry Devaux.
Le travail d’hier laissera une trace dans le paysage pendant plusieurs mois, l’hommage de nos contemporaines à leurs aînées. Le courage de femmes pendant la Grande Guerre a accentué leur reconnaissance, durablement cette fois-ci.
Jérôme BOURGUIGNON
16 / 21
Limey-Remenauville. Le photographe Eric Didym vante les terres fertiles de Limey, village situé non loin de Pont-à-Mousson. Fertiles pour les créations autour de la Grande Guerre dans lesquelles il est associé avec l’artiste-plasticien Thierry Devaux. Et fertiles pour ses terres agricoles, dont une parcelle appartenant au maire, René Lorrain, a été utilisée hier après-midi pour enfouir des graines de blé d’hiver avec une herse.
La manifestation festive et participative mettait à contribution une trentaine de femmes qui, par groupe de cinq, tiraient l’engin agricole. Des femmes d’aujourd’hui rendant hommage à celles d’hier. Celles qui ont remplacé les hommes aussi bien dans les villes que dans les campagnes. Celles qui ont sollicité tous les muscles de leur corps afin de déplacer herses et charrues quand chevaux et bœufs avaient été réquisitionnés.
Hier, la pénibilité s’est effacée au profit d’un tracé symbolisant un siècle d’émancipation. « Je souhaite que les femmes qui tirent la herse soient en empathie avec celles qui effectuaient ces travaux pendant la guerre et avec les contemporaines qui subissent le viol, institué en tant qu’arme de guerre dans certains pays », a demandé Thierry Devaux, avant les semailles.
Un premier groupe de femmes, équipées de bottes, se présente pour faire progresser la herse en bois derrière une semeuse. Les trente dents glissent sur le sol, en suivant les courbes délimitées par l’artiste : « Elles vont s’inscrire comme quelque chose de décalé dans un paysage uniforme », d’où quatre chevreuils se sont éloignés à l’approche de la foule.
À l’issue des 80 mètres du parcours, cinq autres femmes se présentent pour un relais en toute sympathie, les premières conseillant aux secondes de communiquer entre elles afin d’équilibrer l’effort de traction. Chaque équipage est copieusement applaudi à son retour.
Muscles échauffés par la traversée du village au son de l’harmonie de Pagny-sur-Moselle, les volontaires gardaient le sourire pendant une performance respectueuse. Le rappel que 100 ans auparavant, d’autres femmes ont « pris conscience de leur courage et de leur engagement ». Elles ont appris à « ne plus être à la botte des hommes », a souligné Thierry Devaux.
Le travail d’hier laissera une trace dans le paysage pendant plusieurs mois, l’hommage de nos contemporaines à leurs aînées. Le courage de femmes pendant la Grande Guerre a accentué leur reconnaissance, durablement cette fois-ci.
Jérôme BOURGUIGNON


Flirey Les élèves participent au devoir de mémoire

Les élèves des trois écoles du RPI de l’Esch au Mad ont participé à la cérémonie du 11-Novembre.
Les élèves des trois écoles du RPI de l’Esch au Mad ont participé à la cérémonie du 11-Novembre.
Les élèves de l’école élémentaire de Flirey ont rejoint les élèves de l’école élémentaire de Mandres-aux-Quatre-Tours et de la maternelle de Bernécourt, accompagnés de leurs maîtresses et de leurs parents au monument aux morts à Mandres pour célébrer le 11 Novembre.
C’est une véritable leçon d’histoire qu’ils ont vécue. Le tocsin a retenti, suivi de la lecture du message du secrétaire d’Etat chargé des anciens combattants par le maire de Mandres, du dépôt de gerbes par les élus et des enfants du village. Les élèves ont ensuite récité et chanté, sur l’hymne européen, les paroles d’un poète allemand, Friedrich von Schiller : « Tous les enfants de la Terre veulent se donner la main, vivre et s’entraider en frères pour un plus beau lendemain… Nous voulons d’une âme fière, nous forger un grand destin ».
A l’invitation du maire, ils se sont rendus au cimetière civil où un carré est réservé aux militaires tombés aux combats. Là, sept tombes sont fleuries et décorées d’un petit drapeau français, dont celle du Général Sibille, originaire d’Albi, qui a contribué au succès de la bataille du 25 août 1914 en dirigeant habilement les opérations de sa brigade. Il est tombé au combat au moment où il se portait en avant avec son Etat-major, le 27 septembre entre Beaumont et Seicheprey.
A l’issue de la cérémonie, tous se sont retrouvés à la salle communale pour le verre de l’amitié.

dimanche 9 novembre 2014

Limey Onze Nov, On recherche des femmes pour "Un hommage atypique"


Commémoration - Le village de Limey (54) célèbre les femmes pendant la Grande Guerre, mardi 11 novembre  
Un hommage atypique

Limey-Remenauville. Un petit village, situé non loin de Pont-à-Mousson en Meurthe-et-Moselle, va rendre un grand hommage aux femmes pendant la Première Guerre mondiale, en ce mardi 11 novembre. L’artiste plasticien, Thierry Devaux, à l’origine de manifestations « autour de 14-18 » avec Eric Didym, estime qu’il est nécessaire d’entretenir chaque année la mémoire des Poilus mais « dans ma démarche humaniste, il n’y a pas seulement des hommes. Il y a aussi des femmes courageuses qui accomplissaient la charge des hommes en plus de la leur ».
Thierry Devaux a été marqué par des photographies représentant des femmes déplaçant herses et charrues à la place des bœufs et chevaux réquisitionnés par l’armée. Ainsi, symboliquement et afin de mesurer le travail de ces femmes dans les champs, l’artiste a prévu un « happening » (un moment artistique partagé) ce 11 novembre : « Le maire de Limey, René Lorrain, met à disposition une petite pièce agricole sur laquelle on tracera 4 lignes courbes à l’aide de herses tirées par des femmes, par groupe de 5 ».
Des volontaires sont recherchées, l’effort ne dépasserait pas la traction d’une luge avec un enfant de 3 ans. « Je souhaite rendre hommage aux femmes lors d’une commémoration atypique, j’espère qu’elle va séduire ». Des espoirs, Thierry Devaux en nourrit d’autres, il aimerait semer du blé, le récolter et fabriquer du pain : « J’ai envie de la symbolique du pain partagé ». Et il la vivra ce 11 novembre lors du repas pris en commun à Limey : « On mange, on boit, on se marre ensemble, j’ai envie de cette convivialité ».
La journée se déroulera en deux temps, dès 13 h 30 pour le travail dans les champs et plus tôt dans la matinée à 11 h 30 par le vernissage des œuvres de la nancéienne Catherine De Rosa et de l’Allemande Cornelia Enax sur « Petites et grandes misères des populations civiles ».
Il y a 100 ans, « les femmes ont pris conscience de leurs compétences. Leur courage bénéficie à celles d’aujourd’hui ».
Il est vivement conseillé de se munir de bottes avant de participer au tractage de la herse à partir de 13 h 30 à Limey, mardi 11 novembre. Inscriptions et renseignements sur http://www.centenaire1418.meurthe-et-moselle.fr
Jérôme BOURGUIGNON